Montage des appareils de commande

Les différents circuits d’une installation doivent être commandés par des appareils qui ouvrent ou qui ferment ces circuits au gré de l’utilisateur. En outre, les appareils d’utilisation exigent que les accessoires spéciaux soient intercalés pour leur raccordement. Tous ces éléments doivent être choisis et montés correctement.

Par conséquent, ils seront choisis en fonction :

1° des caractéristiques du courant utilisé (voltage et ampérage) ;

2° du rôle à remplir, compte tenu de toutes les commodités exigées par le confort moderne ;

3° de l’ethétique et de l’aspect recherchés ;

4° de leur accessibilité par l’utilisateur.

Ils seront d’autre part montés en tenant compte de :

1° la position des appareils qu’ils commandent à leur tour ;

2° des moyens de fixation ou de suspension ;

3° l’ambiance plus ou moins humide de certains locaux ;

4° la sécurité en général et des règlements en particulier.

En outre, et ceci est applicable à l’ensemble du matériel électrique. Toutes les pièces sous tension doivent être isolées électriquement de la masse des appareils et par conséquent, des contacts avec l’utilisateur. Méfiez-vous donc des appareils de second ordre ou dont vous ne connaissez pas les possibilités, car des accidents graves sont toujours possibles. L’extrême prudence est donc de rigueur car il n’est pas exagéré de dire que votre vie et celle des vôtres est continuellement exposée et dépend des soins apportés au montage de votre installation électrique.

Classification de l’appareillage électrique.

Tous les appareils alimentés par le courant électrique sont raccordés par un ou plusieurs appareils de branchement. Citons parmi les plus courants :

1° les douilles des lampes d’éclairage, les appliques, les rosaces de plafond, etc… ;

2° les prises de courant, les fiches, les socquets-prises, les bornes de connection, etc…

Quant aux appareils de commande, citons parmi les plus courants :

1° les interrupteurs, les boutons de contact, les relais, les disjoncteurs, les rhéostats, les coupes-circuits, etc… ;

2″ les appareils combinés tels que interrupteurs sur douilles, sur prises de courant, sur canalisations souples, etc…

Il faut distinguer également, pour les appareils fixes, les modèles encastrés et ceux qui ne le sont pas, le matériel hermétique, blindé ou commandé à distance.

Et parmi toute cette classification, il voüs faut discerner les appareils destinés à une tension normale (éclairage), à une haute tension (force motrice) ou à une basse tension (communications).

De tout ce long préliminaire, vous comprendrez l’importance qu’il y a de spécifier avant tout achat d’appareils et d’accessoires, la destination précise de ceux-ci ; le marchand saura vous guider consciencieusement.

Lorsque toute une installation doit être réalisée, il est bien entendu que la position des différents appareils d’utilisation et de commande doit être déterminée avant le tracé et la pose des canalisations. En outre, il est interdit de mettre sous tension une installation ou une partie d’installation (circuit déterminé et protégé par une paire de fusibles) lorsque les appareils ne sont pas posés.

Par conséquent, la pose des appareils et leur mise en tension seront réalisées par circuit entier. Il ne faut donc pas, sous prétexte que vous avez hâte de voir fonctionner votre installation même partielle, de mettre sous tension un circuit dont tous les appareils ne sont pas entièrement posés. Il est préférable de faire appel à un indépendant dont c’est la profession comme par exemple : un électricien, un chauffagiste Namur, etc afin de ne courir aucun risque.

Lorsque vous faites choix d’appareils (prises de courant, interrupteurs, socquets, etc…) gardez-vous bien d’acquérir des pièces à prix réduits car l’économie n’est qu’apparente. En effet, un appareil quelconque, insuffisamment isolé, consomme pendant toute sa durée d’utilisation. Préférez donc des appareils de marques connues.

Par exemple, en France, les Sociétés A. P. E. L. & U. S. E. ont pour mission de contrôler si les appareils soumis par les nombreux constructeurs répondent aux conditions techniques imposées par la réglementation en vigueur. Ne choisissez donc que du matériel admis à la marque de qualité « USE-APEL » ; à la seule condition de les poser correctement, ces appareils vous donneront entière satisfaction.

Règlements concernant la pose des appareils.

En général, la protection des canalisations (moulures, tubes, «aines en plomb, etc…) doit être prolongée jusqu’à l’entrée des conducteurs dans les appareils. Ceci est surtout d’application pour les appareils fixes, scellés sur un mur (interrupteurs, prises de coulant). Dans le cas d’utilisation de moulures en bois par exemple, celles-ci doivent être jointives avec les appareils.

Si vous montez vos canalisations sous protection métallique (tubes ou gaines en plomb), celle-ci doit être prolongée jusque dans les appareils tout en veillant à ce qu’elle soit isolée des pièces sous tension.

Pour la pose des conducteurs isolés sur plots en faïence, les gaines isolantes des conducteurs doivent également être prolongées jusqu’à l’intérieur des appareils. Quels que soient les matériaux choisis pour les canalisations, l’isolant des conducteurs ne s’arrêtera que just eavant les vis de contact ou les dispositifs de raccordement.

Tous les appareils de commande et d’utilisation doivent être montés et raccordés aux conducteurs d’une manière rigide, ce qui revient à dire que, même sous les contraintes ou efforts normaux d’utilisation, ils ne peuvent soumettre les conducteurs y raccordés à des efforts de traction ou de torsion. Par conséquent, retenez qu’un conducteur monofilaire (type lumière) ne peut servir au raccordement d’appareils mobiles. Il ne faut donc pas raccorder un lustre monté sur chaînes ou susceptible de tordre sa suspension, à l’aide de fil rigide ou même semi-rigide. En pratique, on ne conçoit pas un interrupteur mural maintenu en place par ses seules liaisons avec les conducteurs. Dans aucun cas, il n’est admis que les conducteurs servent à la fixation ou à la suspension des appareils y raccordés.

Les interrupteurs et commutateurs intercalés sur des conducteurs souples (comme les « poires » commandant les lampes de chevet ou de bureau) doivent être écartés de tout matériau combustible sinon, préférez les dispositifs à tirettes.

Les appareils de protection, tels que les coupes-circuits et les disjoncteurs, doivent être placés tout au début des circuits qu’ils protègent. Par conséquent, les fusibles d’un circuit déterminé se trouveront immédiatement après la dérivation qui donne naissance à ce circuit.

Par conséquent, aucun appareil de commande ou d’utilisation ne peut être intercalé entre la dérivation d’un circuit et ses appareils de protection.

Lorsque, pour l’alimentation des prises de courant d’une même installation, il est fait usage de voltages différents ou de nombres différents de phases, différents modèles de prises de courant seront choisis interchangeables entr’eux de manière à rendre impossible toute erreur de branchement. Pour l’alimentation d’appareils électro-domestiques comportant un ou plusieurs moteurs ainsi que pour les cuisinières électriques, une borne de masse doit être prévue dans la prise de courant correspondante.

Il vous faut proscrire à tout prix le branchement de bouchons- prises sur les socquets de lampes (à baïonnette ou à vis) car il y a danger de surpuissance pour les socquets et conducteurs qui n’ont pas été prévus pour cette surchharge d’utilisation et surtout, danger de torsion et de coupe-circuit pour les conducteurs souples de raccordement. Cette nécessité est souvent due à une insuffisance de prises de courant ou à leur mauvais emplacement. Prévoyez donc en suffisance le nombre de prises de courant et étudiez à fond leurs positions respectives. Dans le cas où il apparaît indispensable de raccorder des appareils mobiles à des socquets de lampes d’une manière continuelle, envisagez sans tarder l’extension des circuits de prises de courant, quitte à les installer de manière apparente.